Detox

Detox2019-04-09T10:52:50+00:00

« Here comes the sun
and I say it’s all right
little darling
it’s been a long cold lonely winter … »

chantaient les Fab Four !
 

Le printemps est là …  

Le corps se réveille doucement de longs mois d’hiver et redécouvre une énergie croissante.

C’est le cycle des saisons … et nous en faisons partie. 

Tout comme, instinctivement, nous attaquons un grand nettoyage de printemps dans nos maisons pour redémarrer sur de nouvelles bases claires et saines, nous devrions offrir aussi à notre corps ce grand nettoyage, pour le débarrasser de l’encrassement de l’hiver et lui permettre d’accueillir toute cette énergie printanière et estivale qui arrive.

C’est le moment idéal pour commencer une détoxication.
 
La detox n’est rien d’autre qu’un grand ménage. 

Chaque année nous nous laissons envahir doucement par des objets inutiles comme un envahissement intérieur qui nous fait glisser doucement vers un confort déstructurant et sournoisement oppressant.
En même temps, le froid de l’hiver nous pousse à engloutir toutes sortes d’aliments aussi toxiques que faussement réconfortants !Alors, quand les beaux jours arrivent, nous décidons de faire le tri dans nos affaires, de libérer de l’espace dans nos intérieurs et dans nos têtes, de nous alléger. Une grande aération salvatrice. Ce grand ménage, il est important de le faire aussi dans nos corps.

 

 

ETAT DES LIEUX
Nous le savons maintenant, nous évoluons dans un monde empli de substances toxiques que nous ingérons (via la nourriture), inhalons (via l’air) et produisons (via le stress) : pesticides, conservateurs,  polluants, métaux lourds, médicaments, cigarettes,  mais aussi aliments non appropriés, gluten, sucre raffiné, alcool, gras saturé… sans oublier le stress chronique.

Notre corps doit donc, entre autres choses, oeuvrer à l’élimination de toutes ces toxines. Mais à force d’excès, il n’arrive plus à gérer le trop plein et doit se résigner à stocker dans nos tissus tous ces déchets qui vont à terme nous affaiblir et entrainer de nombreux maux qui vont préparer le terrain à des maladies. 

Voilà pourquoi il est important d’aider notre corps régulièrement à faire ce grand nettoyage profond.
Les intersaisons, printemps et automne, sont idéales pour cela. 
 
 
 

LES EMONCTOIRES  
—————————————————————–
   
                 

Comment cela fonctionne ! 

Le corps, cette merveilleuse machine de haute précision, sait parfaitement comment évacuer les déchets que nous accumulons.
Pour cela il existe les émonctoires, véritables centrales d’épuration.
Il en existe 5 qu’il faut chouchouter.

Le foie : Organe roi en matière de détoxication. Il filtre le sang en permanence mais gère aussi les émotions, les frustrations et la colère. La médecine chinoise en fait le grand répartiteur de l’énergie. 

Les intestins : Gestionnaires d’une grande quantité quotidienne d’aliments, ils doivent faire face à une grande masse de toxines pouvant stagner, se putréfier ou fermenter. Cela représente une grande source d’auto-intoxication. D’où l’importance de chouchouter sa muqueuse intestinale et son transit.

Les reins : Ils filtrent le sang en permanence, rejetant les déchets par les urines. Travail très important souvent perturbé par l’alcool, l’excès de viande, le grand froid, la sédentarité, les tensions nerveuses ou une hydratation insuffisante.

La peau : Organe d’épuration essentiel de plus de 3m2, elle est composée de millions de glandes qui éliminent les toxines par la sueur. 

Les poumons : Ils rejettent le gaz carbonique sanguin, les glaires et autres pollutions accumulées.

Ces émonctoires sont surmenés par le mode de vie actuel.
Il existe des moyens naturels pour les stimuler afin qu’ils retrouvent un rythme de travail normal, voir supérieur afin d’éliminer les toxines qui se sont accumulées dans leurs propres tissus, les empêchant de fonctionner normalement.
 
 


 

Les secrets d’une bonne détoxication:
 
– Faire une cure au moins une fois par an (l’idéal étant 2).
 
– La faire en intersaison : printemps et/ou automne.
 
– Adapter la cure à son état de santé et d’énergie.
 
– La cure doit être agréable. Si certains symptômes apparaissent au début, comme des boutons, des nausées ou de la fatigue, cela est normal et ne doit pas excéder 3 jours (sinon c’est que la cure n’est pas adaptée).
 
– La cure dure en général 3 semaines.
 
– A la fin de la cure vous devez être en pleine forme.

1 – LE FOIE
————————–  

Organe majeur de notre équilibre métabolique (régulation hormonale, fonction biliaire, stockage du sucre…), le foie est par excellence le grand filtre d’épuration et de drainage de notre corps. On estime qu’il a plus de 400 fonctions dont certaines vitales. En cas d’encrassement (médicaments, choc physique ou psychologique, alimentation de médiocre qualité…), le foie ne pourra plus épurer et l’immunité va décroitre, créant des inflammations. 

 
Détoxifier le foie.

Boire un jus de citron au réveil.
Pendant une cure de détoxication (qui dure environ 3 semaines) il est très bon de boire un verre d’eau tiède avec un citron pressé au réveil à jeun. L’eau tiède matinale dilate les vaisseaux du tube digestif et permet d’évacuer les toxines résiduelles. Le citron, lui, va stimuler le foie.
Il n’est pas conseillé d’en abuser toute l’année, le citron ayant aussi un rôle déminéralisant. En revanche, le verre d’eau tiède au réveil est une habitude salvatrice tout au long de l’année.

Faire une cure de plante hépatho-stimulante.
Il est conseillé de faire une cure pendant 3 semaines d’une plante stimulante pour le foie. 
On la trouve sous forme de gélules de poudre de plantes ou d’extraits liquides en magasins bio en 20 ou 21 doses, le temps d’une cure complète.

      – Si vous êtes fatigué, fragilisé ou sous traitements lourds, préférez les plantes réparatrices du foie comme le chardon marie, grande source de silymarine, substance hépatoprotéctrice puissante, ou le desmodium, grande aide d’élimination des substances toxiques.
 
      – Si vous avez un bon niveau d’énergie, préférez les plantes stimulantes comme le radis noir, l’artichaut ou le fumeterre. Ils aident à désengorger le foie et à éliminer les calculs billiaires

Pour renforcer l’efficacité des plantes, il est judicieux de retirer autant que possible, pendant la cure, les faux amis de son alimentation : café, sucre, gras saturé (laitages, viandes), alcool et d’insister sur les fruits et légumes bio. Cela permet d’économiser son système digestif et d’éviter d’empoisonner son corps pendant la désintoxication !

Utiliser une bouillotte.
Ha!  Le bon sens de nos  grands mères …
Une bouillotte bien chaude placée sur la zone du foie (sous les côtes à droite) quand nous sommes allongés, va provoquer une vasodilatation vasculaire et donc attirer à elle le sang. Le foie va alors être lavé par l’afflux sanguin, réoxygéné, nourri, nettoyé et dynamisé. La position allongé augmente d’au moins 40% l’irrigation sanguine. Une aide précieuse facile à faire.

S’occuper de ses émotions.
C’est dans le foie que nous « stockons  » les émotions refoulées, les non-dits, les colères qui laissent une empreinte dans les cellules. Un bon moyen de désactiver nos conflits intérieurs polluant notre organisme est d’écrire sur papier tous les ressentiments, les colères et les conflits que nous avons. Puis de lire et relire ces lettres jusqu’à ce qu’elles ne suscitent plus d’émotions en nous et enfin, symboliquement, les brûler.
 
 
 

2 – LES REINS
  ——————————-

Les reins travaillent au drainage des acides, au filtrage et au tri des éléments dans le sang qui peuvent être encore utiles au métabolisme (minéraux, acides aminés…) pour n’éliminer que les déchets toxiques dans les urines via la vessie. Les reins souvent malmenés (alimentation toxique, tensions nerveuses, trop grand froid…) fournissent un travail dépuratif important qui doit être soutenu.  

 
Drainer les reins.

Boire des tisanes drainantes.
Certaines plantes favorisent la diurèse et donc l’élimination des toxines par les reins. Le pissenlit, le fragon, la reine-des-prés, le cassis ou la queue de cerise. 
L’idéal est de boire 3 tasses par jour en dehors des repas pendant 3 semaines maximum, car elles éliminent aussi les minéraux. 
(Cure à faire en décalage de celle pour le foie).

Pratiquer la douche écossaise.
Alterner l’eau glacée et l’eau chaude permet d’optimiser la fonction drainante.

Boire généreusement.
Boire de l’eau la plus pure et la moins minérale possible (avec un taux de résidus secs faible pour les eaux en bouteille).
 

 
 
 
3 – LES INTESTINS
   —————————————-

L’intestin grêle et le gros intestin (colon), organes majeurs de la digestion des aliments que nous ingurgitons, abritent notre précieux microbiote 
(plus de 10.000 milliard de bactéries).
L’intestin grêle, formé de tous ses replis (villosités), représente le plus long de nos organes (300 m2 ! soit un cours de tennis !). Il digère les protéines et les lipides et permet l’assimilation des nutriments.  
Quant au gros intestin, il s’occupe de récupérer l’eau et de compacter et d’évacuer les matières indigestes sous la forme de selles.

 
Purifier les intestins.

Utiliser des graines de psyllium.
Très riches en fibres solubles, les graines de psyllium blond (plus douces et équilibrantes que le noir) mélangées à l’eau, gonflent dans l’intestin et absorbent les toxines tout en stimulant le transit. Ces graines sont très utilisées en médecine ayurvédique.
Prendre 1 à 2 cuillères à café de psyllium dilué dans l’eau une demi heure avant le petit déjeuner (la cure n’a pas de limite dans le temps car contrairement aux autres laxatifs, il n’entraine pas de paresse intestinale à la longue).

Dénouer grâce à  la fasciathérapie.
La fasciathérapie est une technique énergétique qui agit sur tous les fascias du corps, sorte de « toile d’araignée » recouvrant tous les muscles et organes qui se nouent sous l’effet du stress ou de dysfonctionnements métaboliques. Le thérapeute détecte les blocages et rétablit la mobilité des fascias par légères pressions, stimulant le nettoyage du corps et favorisant la detox en relançant le système digestif. Quelques séances suffisent en général à dénouer le stress et à optimiser le sytème digestif.

Etirer les psoas.
Surnommé le muscle « poubelle » car il accumule toutes les toxines qui circulent dans le tube digestif, le psoas va des vertèbres à la hanche. Quand on mange trop ou mal, les toxines vont engorger les psoas et les contracturer au point de donner des maux de dos. Il faut donc les étirer régulièrement.

Allongé sur le bord d’une table, pliez une jambe sur le buste et laissez pendre l’autre en soufflant et en vous relâchant le plus longtemps possible.

 
 
 
 
4 – LES POUMONS

——————————————  

Le système respiratoire est la voie royale de sortie des déchets gazeux. Mais pas seulement ! Il peut aussi éliminer des toxines solides provenant soit de déchets extérieurs aspirés (poussière, pollen…) soit de déchets intérieurs. En effet, lorsque les émonctoires principaux (foie, intestins, reins) n’arrivent plus à épurer le sang, les poumons deviennent l’issue de secours par laquelle les déchets sont évacués grâce à la toux !
 

 
Purifier les poumons.

Pratiquer des inhalations.
Les inhalations sont parfaites pour soutenir les poumons en cas d’encombrements. Préparez 1/2 litre d’infusion de plantes très chaudes comme l’eucalyptus, le pin ou l’origan, versez dans un bol et inhalez recouvert d’une serviette pour bénéficier de la vapeur de la préparation. Vous pouvez aussi le faire avec des huiles essentielles. Mettez 8 gouttes d’HE de pin ou de sapindans un bol d’eau chaude et respirez pendant 5mn.

Réspirer.
Il faut se rendre à l’évidence, on respire peu, on respire mal !
La respiration est directement liée à nos émotions et se modifie dés que nous sommes perturbés. Une bonne respiration évacue les déchets gazeux et aide les poumons à faire son travail efficacement. Sans compter son pouvoir apaisant. Il faut penser à pratiquer régulièrement une respiration profonde et à l’endroit.
Et dés que possible partez respirer le » bon air » au milieu de la nature (forêt, campagne, mer, montagne…).
 
 
 

5 – LA PEAU
  —————————–

Ultime émonctoire, la peau élimine en moyenne près de 500 grammes de toxines chaque jour ! Certaines de ses glandes éliminent les déchets acides par la sueur quand d’autres évacuent le sébum (déchets gras) en excès. La chouchouter est salvateur et délicieux. Pour l’aider il faut la masser, la frictionner, la brosser, la gommer… bref s’en occuper. 

 
Purifier la peau.

 

Brosser à sec.
Il est très bon chaque matin avant sa douche, d’effectuer un brossage à secde tout le corps en dirigeant le geste vers les ganglions (voir le schéma).
Cela stimule les tissus de la peau, désengorge les pores (portes de sortie des toxines), exfolie les peaux mortes, relance la circulation, active le système lymphatique (bras armé de notre immunité) et réénergise tout le corps ! Rien que ça ! 
Le brossage doit être doux et énergique et ne durer que quelques minutes. Utilisez une brosse à poils naturels doux et prenez votre douche ensuite. 
   
Faire des massages drainants.
Les massages stimulent en profondeur la circulation veineuse et lymphatique permettant à la peau de collecter et éliminer plus de déchets. Le massage drainant favorise le nettoyage des déchets métaboliques en désengorgant les tissus et en chassant les toxines.

Suer au Sauna.
Le sauna permet une bonne élimination des toxines acides par la sueur. La chaleur augmente la circulation sanguine et entraine l’évacuation des déchets transportés par le sang. Des séances de 10 à 15 minutes suffisent mais attention de ne jamais entrer mouillé dans un sauna, cela annihile tous bénéfices.
…ou dans un bon bain chaud !
Le bain hypercalorifique va créer une sorte de « fièvre artificielle » parfaite pour lutter contre les microbes et les virus, évacuer les toxines, et stimuler les défenses naturelles. Faites couler un bain entre 30° et 35°. Une fois dedans faites couler de l’eau plus chaude pour atteindre les 39°. Dés que vous transpirez sur le front c’est le moment de sortir (entre 10 et 20 mn). Ensuite, allongez vous bien couvert 15 mn pour continuer de transpirer.
Ne pas en abuser pour des raisons écologiques évidentes.
(A éviter pour les personnes fragilisées, ayant des problèmes cardiaques, des varices, des hémorroïdes ou les femmes enceintes.)
 
 –

3 Pratiques bienfaitrices pour aider tous les émonctoires.
 ———————————————————————————
 
                    

LA SEVE DE BOULEAU
Cure magique

Nectar naturel qui nourrit ses bourgeons, la sève de bouleau coule au printemps lorsque la nature se réveille.
Récoltée fraiche, elle est disponible au mois de mars de chaque année.

Avec ses propriétés drainantes et diurétiques elle favorise l’élimination des toxines par l’ensemble des émonctoires. Elle améliore aussi les problèmes de peau en activant la diurèse, les troubles urinaires et les rhumatismes. Riche en minéraux et en oligoéléments,  elle nous aide à recharger les batteries à la fin de l’hiver : magnésium et lithium pour le moral, calcium et phosphore pour les os et les dents, silicium pour les articulations et la lutte contre l’ostéoporose, potassium pour la circulation du sang et le coeur, et enfin vitamine C et sélénium pour lutter contre le vieillissement des cellules.

Une cure magique dépurative, reminéralisante et régénérante à faire avec de la sève fraiche bio pendant 3 semaines au printemps.
(à ne pas confondre avec le jus de bouleau qui est une décoction de feuilles beaucoup moins riches en minéraux ).
 
 

 

LA REFLEXOLOGIE PLANTAIRE

La plante des pieds réunit toutes les zones réflexe du corps (nerf reliant un organe). Grâce à son massage, on irrigue les zones qui en ont besoin et on stimule le travail de tous les émonctoires. 

A l’aide du pouce (ou d’une phalange) stimulez les zones choisies en massant quelques minutes en douceur.

 

               
 

 
L’ACTIVITE PHYSIQUE

Il existe une pratique qui permet de purifier tous ses émonctoires en même temps : l’activité physique.

La chaleur interne du corps produite booste la circulation du sang et favorise la sudation. Une pratique salutaire pendant une detox… et tout le long de l’année.  

LES MONODIETES
————————————————– 

Ne consommer qu’un seul type d’aliments favorise la réparation intestinale. Le système digestif va se mettre au repos, se régénérer et l’organisme va s’auto-guérir. L’estomac est purifié en profondeur, le foie et les reins sont soulagés, le transit est régularisé et les tissus régénérés.

Une monodiète dure de 24h à plusieurs semaines et consiste à ne manger qu’un seul type d’aliment. La durée va varier selon la vitalité de chacun. Il est raisonnable de demander conseil à un spécialiste de santé (en cas de pathologie lourde elle est déconseillée).

Ce n’est pas tant l’aliment choisi qui importe mais plus la réaction du corps face à une diète. Le choix dépendra du goût et de l’état de chacun.

La cure de bananes, cuites et crues (à raison de 8 à 12 par jour), est parfaite pour démarrer.
La cure de pommes en compote non sucrée, au four ou crues est parfaite pour ses qualités antirhumatismales, diurétiques, toniques et son rôle antiseptique intestinal. Elle n’acidifie pas le corps et décongestionne le foie.
La cure de pommes de terre est digeste et nourrissante. A condition d’utiliser des pommes de terre bio.
La cure de bouillons de légumes est idéale pour les lendemains de fête ou les états fiévreux. 
 
 

 
LE JEÛNE
—————————
 

Autant notre organisme ne sait pas gérer la malbouffe (drame de notre ère moderne) autant il connait les mécanismes du jeûne. Celui-ci entraine une réaction physiologique de maintien de la vie que notre corps connait depuis toujours, un legs génétique de nos proches cousins mammifères. C’est grâce à cette mémoire biologique que l’homme a survécu tout le long de son évolution. Les grands mouvements religieux ont tous instauré des rituels de jeûne, le Carême, le Ramadan, Yom Kippour ….

Le jeûne permet un nettoyage de tous les corps, physique, énergétique, mental et spirituel.
Le corps élimine intelligemment les tissus dans l’ordre inverse de leur qualité. Les organes vitaux sont au repos total, le foie élimine les toxines accumulées, l’organisme puise son énergie dans les cellules graisseuses, les inflammations sont inhibées, les émonctoires rattrapent leur retard,  l’immunité est stimulée, l’autophagie démarre (dégradation par les cellules de leurs propres déchets), les processus de rajeunissement sont en marche. De plus, c’est comme une page que l’on tourne, un véritable « reset ». Les idées confuses deviennent claires, nous prenons du recul face aux agitations mentales, nous nous rebranchons à « notre chemin de vie ».
Une efficacité inégalable reconnue.

Pendant le jeûne, certains symptômes peuvent apparaitre en fonction de l’énergie de chacun et des surcharges accumulées, migraines, crise de foie, nausées, urines foncées… C’est normal et pas automatique.
Sa durée et de 1 à 40 jours maximum (en moyenne 10 jours).
Les premières fois il est vivement conseillé de jeûner accompagné par des praticiens expérimentés pour choisir son jeûne (hydrique : eau et bouillons à volonté, ou sec : sans liquide), surveiller l’évolution, savoir à quel moment arrêter (ça ne se prévoit pas, c’est le corps qui décide) et comment reprendre une alimentation progressive. 

Le jeûne est vivement déconseillé aux enfants, aux femmes enceintes, aux personnes très fatiguées, anémiées, déprimées, ou ayant des pathologies contre indiquées. Il est important de demander un avis médical.
  
 

Le jeûne intermittent.

Il existe une habitude salvatrice facile à instaurer et moins contraignante que le jeûne long, c’est le jeûne intermittent.

Cela consiste à ne rien manger pendant au moins 12h, voire 16h. En clair sauter un repas, le petit déjeuner ou le diner. Si vous dinez à 19h vous ne déjeunerez que vers 12h, ou bien après une petite collation vers 16h, vous ne petit déjeunerez que vers 9h le lendemain.

Cela permet de lancer l’autophagie, de donner le temps au foie pour faire son travail d’épuration après la fin de la digestion et de lancer un travail de régénération du métabolisme. Une habitude bienfaitrice !
 
 
 

ATTENTION Une cure de détoxication est là pour renforcer le corps, pas pour le faire souffrir.  
Si vous vous sentez fragilisé, malade ou dans des conditions de santé différentes de la normale il est important de toujours prendre l’avis d’un naturopathe ou d’un médecin avant de commencer quoi que ce soit.
En général, ces cures sont déconseillées aux femmes enceintes.
 

 
EN RÉSUMÉ
_____________
 

1 Le corps a besoin d’être aidé pour faire son travail d’épuration. Le printemps est le moment idéal.

2 Il faut aider nos centrales d’épurations surmenées : les 5 émonctoires . 

   – le foie qui filtre le sang et draine tout le corps.
jus de citron tiède au réveil – cure de plantes stimulantes – bouillotte – gestion des émotions.
 
   – Les intestins qui évacuent les toxines dans les selles.
cure de psyllium – fasciathérapie – étirement des psoas.
 
   – Les reins qui éliminent par les urines.
cure de tisanes drainantes – douche écossaise – bonne hydratation
 
   – les poumons qui rejettent par l’expiration.
inhalations de plantes – respiration consciente et profonde.
 
   – la peau qui épure par la sueur.
brossage à sec – sauna / bain chaud .
 

3  Pratiques efficaces pour aider tous les émonctoires en même temps :

    – Réaliser une cure de sève de bouleau fraiche et bio pendant 3 semaines.
    – Pratiquer la réflexologie plantaire.
    – Faire de l’exercice physique.

 
4 La monodiète qui consiste à ne manger qu’une seule sorte d’aliments, permet une grande régénération du métabolisme. 

5 Le jeûne, inscrit dans les mémoires de nos cellules,  permet un nettoyage en profondeur de notre organisme.  Méthode extrêmement efficace, nécessitant un accompagnement.

6 Le jeûne intermittent, consistant à ne pas manger pendant 12h à 16h, est une habitude salvatrice qui permet un auto-nettoyage bienvenu.
 
 
 
 
 

souffle vital

Spring is coming … 

La beauté des magnolias en fleurs, le chant harmonieux des mésanges, la joyeuse promesse des jours qui s’allongent, la douce chaleur des premiers rayons du soleil…
 
Le corps se réveille de longs mois d’hiver et nous demande de l’aide pour pouvoir attaquer avec énergie les mois à venir … un grand ménage s’impose !

 « Here comes the sun ..

.